La mémoire et ses influences

La manière dont on perçoit une odeur, et donc un parfum, est influencée par les goûts, mais aussi par la mémoire. En effet, une personne associe une odeur à quelque chose qu’elle connait. C’est pourquoi on considère les odeurs de déchets désagréables : elles ne sentent pas forcément mauvais, mais sont automatiquement associées à une image négative, et c’est pourquoi on les perçoit négativement. A chaque odeur est ainsi associée une image dans la mémoire. On remarque notamment que plusieurs odeurs sont collectivement jugées comme étant “bonnes,” comme par exemple l’odeur de barbe à papa, que les gens associent souvent à des souvenirs d’enfance. 

Suivant ce principe de la mémoire, chaque nouvelle odeur est catégorisée non seulement en fonction des goûts d’un individu, mais aussi en fonction de l’image qui lui vient à l’esprit en respirant cette odeur.

Une odeur peut cependant changer inconsciemment de “catégorie” si dans l’esprit d’un individu, une première image associée à une odeur est remplacée par une autre, plus positive ou plus négative.

Les “nez”, lorsqu’ils créent un parfum, cherchent à reproduire une émotion : ils se servent ainsi des images généralement associées à une odeur pour recréer cette émotion. Le principe de la mémoire caractérisant une odeur est donc déterminant dans la création d’un parfum.

La perception des odeurs dépend aussi de la culture de l’individu. En effet, dépendant de son éducation, la mémoire d’un individu peut associer une même odeur à différentes images. La culture donne aussi à cet individu de certaines habitudes : à force de toujours sentir une même odeur, il la remarquera moins. Une odeur plus rare est donc plus aisément remarquée. De ce fait, l’odorat est aussi influencé par l’alimentation d’une personne. On remarque notamment qu’un stéréotype japonais est de dire que les Européens sentent le beurre, et les Américains disent souvent que les Asiatiques sentent le poisson. 

La culture fonctionnant avec la mémoire et l’association d’odeurs et d’images, on entendait souvent dire en Afrique, du temps des colons, que les Blancs sentaient le cadavre. Ceci montre à quel point la culture et l’opinion publique peuvent influencer la perception d’une odeur.

De plus, la culture d’un individu détermine aussi sa manière de percevoir le parfum en général. On remarque notamment que les Asiatiques préfèrent les parfums légers (de concentration faible) pour ne pas masquer l'odeur de la peau, les Américains les parfums puissants (de concentrations fortes) qui agissent comme parure de la peau, alors qu'en France, on préfère des parfums dits élégants.

Après avoir crée notre parfum, nous avons décidé de réaliser un sondage auprès de 40 personnes dans notre lycée afin de déterminer ce que le parfum que nous avions créé inspirait à chacun.

Tout d’abord, nous avons demandé si les personnes aimaient ou non l’odeur du parfum. Nous avons obtenu le tableau suivant : 

tableau-sondage-bon.png

Puis nous avons demandé si elles reconnaissent les ingrédients présents dans le parfum ou non. À cette question, peu de personnes ont pu répondre : en effet, la majeure partie a su reconnaître la cannelle, ingrédient majeur de notre parfum, mais ne parvenait pas à distinguer la vanille et la mandarine. Certaines personnes ont cru reconnaître la pomme, la menthe, l’orange, des épices ou encore la banane.

Et finalement, nous avons demandé si le parfum leur rappelait quelque chose : un souvenir, un endroit, un objet... Une dizaine de personne pensait à la période de Noël en sentant ce parfum (aux gâteaux, aux bougies…). Environ 27 personnes ont répondu que ce parfum les faisaient penser à de la nourriture, comme les gâteaux de grand-mère, la tarte tatin, le chewing-gum à la cannelle, le crumble, la salade d’orange à la cannelle ou encore le couscous à la cannelle. Finalement, deux personnes ont pensé à un pays en sentant cette odeur : la Martinique et la Suède. 


noel-bougie-2.jpg chocolat-chaud-ouverture-1.jpg

plage-des-salines-pointe-sud-martinique-visoterra-15532-1.jpg

 

Nous avons remarqué que les personnes qui ont dit ne pas aimer le parfum disaient ensuite que le parfum leur avait rappelé quelque chose qu’il n’appréciait pas : le chewing-gum à la cannelle... Nous pouvons donc en conclure que les goûts sont influencés par la mémoire, car on préfère les odeurs associées à une image positive. Ce sondage a donc permis de confirmer nos recherches.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site