Les effets physiologiques

Selon les composants, un parfum peut avoir différents effets secondaires sur notre organisme. Mais la réaction sur le corps dépend de l'individu, de la quantité de parfum vaporisée, et de sa fréquence d'utilisation.

        Effets sur l'épiderme

La tenue d’un parfum sur la peau dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord, les parfums se maintiennent ou non chez certaines personnes grâce ou à cause du pH de la peau. De légères variations du pH sont observées et ce sont celles-ci qui font évoluer les fragrances. En effet, selon le type de peau, le pH diffère comme le montre le tableau ci-dessous:

capture-d-ecran-2013-02-03-a-18-45-26-1.png




tableau montrant les diférents Ph selon le type de peau

 

Lorsque l’on met du parfum sur une peau grasse celui-ci adhère à la peau et l’évaporation sera plus lente tandis que lorsque la peau est sèche, le parfum aura plus de difficulté à tenir et l’évaporation sera plus rapide.

Les allergies cutanées font partie des effets nocifs sur la peau. En effet, 1 à 2 % de la population développent ces allergies. Celles-ci peuvent se présenter sous forme de rougeur, d'eczéma, d'urticaire ou encore d'irritation, se trouvant généralement sur les mains ou sur le cou, régions du corps les plus exposées aux vaporisations de parfum.


        Effets sur le système respiratoire

Lors de l’inhalation du parfum, certains individus développent des allergies qui peuvent provoquer des problèmes respiratoires, allant jusqu’à fragiliser les poumons. 

Les allergies sont généralement provoquées par les composants du parfum, comme les substances chimiques (ex : résidus de solvants) ou encore les huiles essentielles, qui peuvent se révéler toxiques (ex : cyclamen, méthyl eugénol). Une bonne partie de ces substances peuvent provoquer des irritations des muqueuses respiratoires et ainsi déclencher des crises d'asthmes, des rhinites et des sinusites, notamment chez les enfants. Une étude suédoise a révélé que 72% des asthmatiques étaient sensibles aux parfums.

Lorsque que l’on respire un parfum, les molécules de celui-ci vont se propager dans l’ensemble de l’organisme et vont se fixer dans les tissus adipeux, contenant des cellules graisseuses, ainsi que dans les graisses du sang. La circulation cérébrale peut être affectée, provoquant des maux de tête souvent dus à une trop longue inhalation de parfum. Les parfums allergisants sont généralement composés de petites molécules capables de pénétrer dans la peau et de s'y lier à des protéines pour initier et/ou déclencher une réaction allergique de contact.

Les parfums peuvent avoir aussi un impact sur la pression artérielle ou sur les battements de cœur et avoir des effets comparables à ceux de la drogue et de l'alcool.


        Substances nocives

D'après une étude sur la composition de 36 différents eaux de toilettes et parfums de Greenpeace (Organisation Non Gouvernementale), des substances présentes dans certains parfums peuvent être dangereuses. Les résultats de cette étude indiquent que dans la plupart des parfums testés se trouvent des phtalates ou des muscs de synthèse (ex : le HHCB), produits pouvant être nuisibles à la santé, et plus précisément à la reproduction. Mais cela dépend de la nature du phtalate, de l'âge et de la masse corporelle de l'individu.

 phtalate-formule-topologique-4.pngFormule du phtalate        formule-topologique-hhcb-1.png


En conclusion, les parfums peuvent avoir des effets très nocifs sur l'organisme. Il faut y faire attention, ne pas trop en abuser et se tenir au courant des risques. Ces substances nocives à la santé ont donc fait l'objet de la mise en place de certaines règles essentielles.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site